• ghavelange

Mesure vibratoire de l’inconscient collectif généré par l’épidémie de Covid-19 en Belgique

Nous faisons l’hypothèse que tout évènement, pensée, acte ou émotion s’enregistre dans l’univers et alimente un vaste champ d’informations. Son appellation varie selon les auteurs ou courants : inconscient collectif (C.G. Jung), champ morphique (Rupert Sheldrake), mémoires « akashiques » (société théosophique), corps de souffrance (E. Tolle), etc.

Ainsi, lorsque nous alimentons une pensée de tristesse, par exemple, nous pouvons entrer en résonance avec « l’amas » de tristesse de l’univers, ce qui a pour effet de le rendre encore plus dense et d’augmenter les chances que d’autres personnes puissent entrer en résonance avec lui. Inversement, à titre d’exemple, lorsque nous tentons de pacifier des rancœurs en envoyant des fréquences d’amour à un ennemi, cela peut « envoyer des ondes de pardon » dans l’univers, augmentant le champ énergétique de l’amour qui sera ainsi plus facilement « capté » par ceux qui se lancent dans la même entreprise.


L’épidémie de Covid-19 que nous traversons depuis le printemps 2020, à l’instar de tout événement vécu de façon collective, a également fait « s’agréger » dans l’imaginaire collectif des fréquences vibratoires particulières émises par les millions de personnes touchées par cet événement. Un égrégore énergétique est ainsi formé via le partage par un très grand nombre de personnes d’émotions communes en réaction au virus.


Le FENYX, outre sa capacité à mesurer et interpréter avec précision les caractéristiques psycho-énergétiques d’une personne, d’un lieu, les effets d’une émotion ou d’un état particulier, permet également de prendre le « pouls vibratoire » de cet inconscient collectif.

Nous en avons fait l’expérience en nous connectant consciemment aux émotions suscitées par le Covid durant le confinement, et en en mesurant le résultat en termes de fréquences psycho-énergétique, résultat qui s’est révélé très éclairant.




Analyse des fréquences émises par l’inconscient collectif lié au Covid 19 en décembre 2020


L’égrégore du Covid provoque potentiellement des résonances avec les personnes. Le Fenyx mesure ces résonances en une forme de signature vibratoire. Celle-ci identifie les fréquences qui vont activer :

Les peurs et les manques

Les besoins par rapport à la situation

Les stress

Les qualités qui se développent pour gérer cette crise


Les peurs et les manques :


L’idée principale qui ressort de ce tableau est la volonté de se retirer et de se couper du monde.

Mais l’on observe également dans les hautes fréquences (celles qui représentent le collectif), que la forme-pensée « Covid » occupe toute la place énergétique dans l’inconscient collectif (Pensée linéaire).


Les besoins :

Deux types de besoins prédominent face au covid : celui de stabilité et sécurité, d’une part, mais également le besoin de liberté, d’autonomie, de sortir, d’aller de l’avant, et de s’amuser.


Les stress et les frustrations :



Au niveau de la tête, si nous nous laissons happer par le collectif (médias, réseaux sociaux, …), notre niveau de stress peut augmenter. C’est ce que nous observons dans le tableau ci à gauche : Il est difficile de discerner ce qui est juste, ce qui fait sens, le manque de cohérence ressenti va générer des tensions et une certaine méfiance peut s’installer.


Au milieu du corps, le stress renvoie à la volonté de conserver un espace vital.


Et dans le bas du corps, le stress identifié par la mesure FENYX correspond à notre besoin d’appartenance, d’être en groupe, ainsi qu’à notre sensation de ne pouvoir bougier, ni agir.



Les qualités :



Les qualités identifiées dans les tableaux adjacents sont celles que nous développons pour traverser au mieux la crise. Face à une telle force psychique collective, il faut pouvoir s’adapter, relativiser, faire preuve de résilience et de compassion et rester centré sur les objectifs que l’on s’est fixés pour créer la suite de notre chemin.


Nous constatons ici que malgré les nombreuses difficultés engendrées par cette crise sanitaire, une partie de nous-mêmes (de notre enveloppe psycho-énergétique) reste confiante et fait preuve du détachement nécessaire pour continuer à avancer.


C’est en cultivant celle-ci, en amplifiant les fréquences qui y sont liées, grâce notamment aux techniques d’harmonisation énergétiques, que nous pourrons traverser cette période de façon sereine et constructive, et en sortir grandis et apaisés.


Conclusion


En lisant ces analyses réalisées avec le FENYX, nous constatons qu’elles mettent effectivement en évidence les pensées, sensations et émotions les plus fortement et couramment vécues par la plupart d’entre nous durant ces périodes de confinement. Les articles sur le sujet, les interviews et sondages réalisés dans les médias en témoignent, de même que se reflète dans cette synthèse vibratoire le contenu de nos propres conversations avec nous-mêmes et notre entourage.


Les résultats de cette mesure nous permettent d’y voir plus clair dans les champs d’information à l’œuvre au niveau collectif et dès lors, de choisir consciemment de renforcer la connexion avec l’un d’entre eux ou au contraire de s’éloigner de tel autre pour nourrir un type de fréquence plus propice à notre épanouissement et à notre bien-être.


Nous disposons ainsi grâce au FENYX d’une carte satellite des champs énergétiques à l’œuvre en cette période inhabituelle, sur laquelle nous pourrons déplacer le curseur de notre attention en fonction du niveau vibratoire que nous souhaitons habiter.